Retour a la maison par la même porte, le mythique raz de Sein.

Cette fois-ci il s’en est fallu de peu pour passer, après un sprint de 4 heures sous spi en mer d’Iroise by night !
Quelle récompense au petit matin ce jeudi avec une glisse a 13 noeuds sur une mer cette fois ci totalement lissée, le courant étant dans le même sens que le vent. Toujours aussi impressionnant.

L’expérience engrangée

Le marin de retour de la mer celtique est déjà bien plus aguerri ! Le vent y est passé par tous les secteurs et toutes les forces, de 0 a 30 noeuds sans vraiment prévenir, bien sur avec la mer qui va avec.
Au vue de la météo, mieux valait ne pas s’y trouver dans les jours à venir….

L’anecdote

Pour l’anecdote, j’ai croisé par hasard en pleine nuit grâce au système de détection des navires dont l’alarme me signalait ( une fois de plus ) une collision imminente. Celui était pour mon pote Tom l’irlandais, également en parcours de qualification au même moment. Échange chaleureux a la vhf avant de reprendre nos routes respectives. Il me signale alors qu’un autre  » ministe » en  » qualif' » venait de se mettre dans les cailloux au large ses Sables… Sans doute exténué en fin de parcours.

belleile

Les derniers milles

Donc on reste vigilant, et oui, déjà 6 jours nonstop et il reste encore l’ile d’Yeu à « enrouler » comme une grosse bouée géante pour enfin remonter vers la ligne d’arrivée à Douarnenez…. Samedi ou dimanche…. Ouf!
J’aurai le droit à mon 3eme passage de Sein… De quoi devenir accro, ils ont déjà pensé a nommer la pointe suivante « Sein Mathieu » !

 

 

Le bateau est en surf permanent depuis le Finistère alors que defile en ce moment belle-île, et elle l’est particulierement aujourd’hui soit dit en passant. Toutes les voiles d’avant y sont passées pour s’adapter aux conditions. La palme revient a la moins volumineuse d’entre elle : vitesse max 15,5 noeuds. Prochain « arrêt » l’ile d’Yeu vers 20 h.

Comments

comments